Des nouvelles de Manon et Florian en Thaïlande

lundi 3 novembre 2014
par  A.Ruault
popularité : 15%


Voici le long mail que nous ont envoyé Manon et Florian :


" Bonjour à tous, nous espérons vous avez passé de bonnes vacances.

Ici, tout va bien pour nous, nous avons pris nos marques et nous nous sommes bien adaptés au rythme de vie Thaïlandais. La saison des pluies est enfin terminée et est remplacée par une température moyenne de 27°, nous avons appris de nos familles qu’en ce moment, en France, c’était plutôt au alentours de 10 °. Nous ne vous envions pas ! De notre coté, quand nous ne travaillons pas,shorts et tee-shirts sont de rigueur !

Nous continuons notre cohabitation avec la vie animale thaïlandaise, à savoir : crapauds qui utilisent presque toutes les nuits nos chaussures comme lit douillet, jolies araignées de 15 cm, ou œufs de serpents sur le site de réhabilitation, et bébés scorpions également. Rencontre aussi avec les macaques sauvages, une volontaire s’est faite attaquer car elle avait un sac plastique plein de cacahuètes ! Côté moustiques, c’est un peu l’invasion... de plus, ils sont dangereux et transmettent la Dengue, une maladie qui donne des fortes fièvres, vomissement... jusqu’à présent nous avons été épargnés.
Néanmoins, nous avons passé la soirée de vendredi à l’hôpital pour Florian qui était malade, après des médicaments en intraveineuse et une bonne nuit de sommeil, ça va mieux.

Première session plongée aussi pour Manon, elle a vu plein de poissons mais en revanche, les récifs de coraux sont décimés par le réchauffement climatique, cela fait réfléchir... Démontage également d’une cage de braconnage en pleine mer, il devait y avoir au moins 50 poissons dedans, dont certains protégés d’après le moniteur de plongée. Manon passera le niveau 2 et Florian va passer son premier niveau de manière à ce qu’on puisse plonger seuls. Pas très loin de Phuket, il y a une zone réputée pour l’observation de requins baleines.. plutôt sympa !

Nous avons pris nos marques sur tous les différents postes de travail, dont l’éducation, qui cible principalement les touristes, en effet, ce sont eux qui alimentent financièrement les trafics d’animaux sauvages en prenant des photos. Ce qui permet aux braconniers de payer la police fortement corrompue... Quelques chiffres chocs les font réagir : par exemple, pour un seul bébé gibbon, les braconniers peuvent abattre jusqu’à 50 adultes... Néanmoins, les réactions divergent fortement en fonction de leur nationalité et de la culture qu’ils ont sur le respect de la vie sauvage.
Un exemple : les Russes, c’est certainement avec eux que le contact est le plus mauvais, ils se croient dans un zoo et ne comprennent pas pourquoi ils ne peuvent pas voir les gibbons. Quand on leur parle de remise en liberté, ils nous regardent avec des yeux ronds, de plus, la plupart ne parle pas un mot d’anglais. C’est un peu les même rapports avec les personnes originaires du moyen orient, bien que les relations soient meilleures. En revanche, les Australiens, Americains, Canadiens ou Européens sont réceptifs et généralement très choqués car totalement ignorants du problème. On a même des :" Ah oui j’en ai vu ! Je savais pas du tout..."

Nous avons une feuille de signalement des animaux sauvages utilisés pour prendre des photos, et en ce moment, les signalements venant de Phi Phi Island ( une des îles les plus touristiques) sont alarmants, au moins 4 bébés sont utilisés pour prendre des photos, et d’après certaines personnes, ils sont également drogués. Nous envoyons régulièrement des mails au DNP (Département de la Protection de la Nature). Le souci majeur reste la corruption, les policiers étant très bien payés par les braconniers, ils ne réagissent pas.

Pour la suite de notre échange, nous allons vous faire partager l’histoire de Mee et Payu qui sont un couple de gibbons actuellement au centre de réhabilitation. Tout d’abord, vous avez leurs histoires respectives, leur histoire ensemble, ainsi que le programme de réintroduction en pièce jointe. Comme vous pourrez le constater, une série d’étapes ont déjà été franchies. En effet, Mee et Payu sont dans la cage d’acclimatation depuis mardi (27 octobre). Des volontaires se rendent actuellement tous les jours en forêt pour leur apporter de la nourriture.
Sur le site de réhabilitation, le premier repas est composé de légumes et le second de fruits. Pour les habituer à une nourriture plus proche de celle qu’ils vont pouvoir trouver en forêt, nous réduisons peu à peu la quantité de fruits. Les quantités restent plus importantes que la norme en raison de la grossesse de Mee.

Du côté des heureux événements, nous avons également appris la naissance d’un nouveau bébé en forêt, les parents sont Arund et Toffee, relâchés en 2003 et 2002. Ce qui porte à 13 le nombres de bébés nés dans la réserve. Le nouveau bébé a été baptisé Aroha, ce qui veut dire "amour" en Maori (tribu indigène de Nouvelle Zélande)
A l’inverse, deux gibbons sauvages ont disparu depuis juillet, nous continuons les recherches, aidés des Rangers ( Employés du DNP pour la surveillance des braconniers entre autre). En espérant qu’on ne soit pas face à l’oeuvre de braconniers...

De votre coté, pour vendredi, afin de faciliter la rencontre, il serait bien que vous nous transmettiez les 5 espèces que vous avez le plus observées. De la même manière, comme vous pouvez le constater, la température baisse en France et le moment est venu de donner un petit coup de main aux animaux sauvages. Nous allons vous transmettre le plan d’une mangeoire à construire. Cela peut également faciliter vos observations, si vous la placez dans votre jardin, à un endroit bien visible d’une fenêtre ou encore dans la cour de l’école, devant des fenêtres également.
Vous pouvez aussi mettre de l’huile de friture usagée dans une boite, comme c’est très gras, cela permettra aux oiseaux de prendre de l’énergie et ça les aidera à lutter contre le froid. Par exemple, la mésange peut perdre jusqu’à 10 % de son poids en une nuit ! La graisse constitue en effet avec les plumes une isolation indispensable contre le froid et une réserve de nourriture en cas du coup dur.

Pour ceux qui ont une âme de cuisinier, nous vous transmettons aussi une recette simple et ultra nutritive :

INGREDIENTS :
- Un kilos de graisse de boeuf ou de graisse végétale non salée

-750g de graines pour oiseaux des jardins ( pas pour oiseaux de compagnie, elles sont pas assez riches)
- une allumette
-un pot de yaourt

faire fondre les graisses dans une casserole et y ajouter les graines à la fin, quand c’est bien liquide.
Préparer à l’avance le pot de yaourt vide, faire un trou au fond et mettre l’allumette, la tête rouge dans le pot, y accrocher une ficelle à l’extérieur
Verser le mélange dans le pot. ATTENTION A NE PAS VOUS BRÛLER, DEMANDEZ DE L’AIDE A UN ADULTE.
Attendre que cela soit froid et dur, puits démouler. ll ne vous reste plus qu’à l’accrocher. Attention à le mettre à l’abris des chats.

Et une petite règle élémentaire : quand vous commencez un nourissage en début d’hiver, vous vous engagez à ne pas l’arrêter brusquement, autrement dit à être assidu. Sinon tous les oiseaux que vous avez nourris vont se retrouver sans rien car la plupart seront dépendants, vous les condamnerez à coup sûr.
 
Bonne semaine de rentrée à tous
 
Manon et Florian

Documents joints

Histoire de Mee et Payu, 2 gibbons
Histoire de Mee et Payu, 2 gibbons

Portfolio

Manon et Florian à l'école Saint Exupéry Manon et Florian à l'école Saint Exupéry

Agenda

<<

2020

 

<<

Octobre

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
2829301234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930311
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois